Artisanat pour tous

index généralcourrielconditions d'utilisationconversions

Broderie Shashiko

Historique

Autrefois, en Asie, les tissus étaient tissés à partir des fibres naturelles comme le chanvre et la glycine et par nécessité, ces vêtements devaient être recyclés le plus longtemps possible. Malheureusement, ces tissages ne donnaient que peu de protection contre le froid. Au Japon, au début du 18e siècle, les épouses des fermiers, pêcheurs et būcherons cousaient des vêtements d'hiver en juxtaposant deux épaisseurs de tissu épais ou plus, puis en brodant les différentes couches au point devant sur toute la surface pour créer des poches d'air et ainsi rendre les vêtements plus chauds. Au début, les coutures ne servaient qu'à retenir les couches de tissus, les renforcer et réparer les zones d'usure et les déchirures mais plus tard, ces mêmes broderies simples servirent à des fins plus décoratives. Ces vêtements de gros coton étaient presque toujours teint en bleu foncé, avec une teinture naturelle faite à partir d'indigo.

A la fin du 18e siècle, cette forme particulière de broderie était connue sous le nom de shashiko puis, à la fin du 19e siècle, le shashiko apparut dans les grandes villes. Le style fut adopté pour le confort et la chaleur mais les points de broderie devinrent aussi plus élaborés. Des motifs furent adoptés à partir des dessins retrouvés sur les kimonos, les imprimés de tissu, et la nature comme le bambou, la feuille de chanvre, les nuages, les vagues, les fleurs, les étoiles, etc. Notons que le motif de carapace de tortue est un symbole de chance et de jeunesse éternelle, le bambou un gage de vitalité et de prospérité.

image
Présentement le shashiko se réfère à la broderie et non à la quantité de tissu sous les points. Ce qui veut dire que cette broderie peut se faire sur une seule épaisseur de tissu, sur deux ou plus, aussi sur deux épaisseurs avec ouatage pour un matelassage.


Matériel et équipement

Tissu

Traditionnellement, le tissu du dessus est un coton pur teint à l'indigo. Cependant, il est possible de broder sur des tissus de toutes couleurs et même sur des imprimés en autant que les dessins soient discrets car la broderie doit pouvoir en ressortir. Il est aussi possible de travailler sur de la laine ou de la soie, mais les débutants préféreront commencer sur le coton.

Tout d'abord assurez-vous que le tissu choisi soit grand teint car le fil de broderie, toujours blanc, ne doit pas se tacher, particulièrement si le travail fini doit être lavé. Dans les cotons foncés, certaines couleurs ont souvent tendance à dégorger. Il faut alors laver et sécher le tissu pour éviter de ruiner la broderie. Si l'ouvrage doit être doublé, utilisez un tissu plus mince et de mêmes fibres pour la doublure. Lavez et repassez les deux tissus avant l'utilisation.

Fil et aiguille

Traditionnellement un gros fil de coton blanc (plus gros que celui du matelassage) est utilisé pour le shashiko. Utilisez un coton épais à broderie comme le coton à broder Anchor no 16 ou le coton perlé DMC no 8. Comme ce coton vient en plusieurs couleurs, indiféremment de la marque, il est aussi possible de s'éloigner de la tradition et de broder en couleur contrastante, tout en gardant une unité de couleur pour tout le fil. Coupez votre fil en longueurs de 18 à 20 pouces pour éviter qu'il s'emmêle. Pour le travail sur soie, utilisez un fil de soie à broder, ou encore un fil métallique (mis en double s'il est mince). Prenez une aiguille à laine pour la broderie, du format convenant au fil utilisé. Une fois la broderie terminée, l'assemblage des pièces, que ce soit pour un vêtement, un objet décoratif ou autre se fera avec du fil à coudre de la teinte du tissu.

La beauté du shashiko est qu'il emploie un simple point devant effectué sans tambour. Il y a trois variantes du shashiko encore utilisées de nos jours: le shashiko, le hitomezhasi et le kogin. Dans le hitomezashi, il n'y a qu'un seul point fait dans une direction, changeant de direction alors à chaque point, ce qui donne un motif géométrique très dense. S'il est bien fait, il donne l'illusion d'une fine dentelle. Les points kogin sont inégaux et ne suivent que les fils de trame du tissu. Les indications suivantes sur cette page ne s'appliquent qu'à la version shashiko.

Dans le shashiko, le nombre de points au pouce dépend de la sorte de tissu, du nombre d'épaisseurs, du type de fil employé et de l'habileté de la brodeuse. Comme règle générale, les points les plus longs sont utilisés sur les tissus épais avec des fils épais; les plus petits points pour les tissus légers et les fils fins. Par exemple, un fil de soie à broder résultera en plus de points au pouce qu'un fil shashiko. Il est crucial de garder le nombre de fils et la longueur de ceux-ci toujours égaux autant que possible. Des points de longueurs différentes seront très faciles à remarquer sur le travail terminé.

Généralement, le début de la broderie ne se fait jamais avec un noeud. Au contraire, on utilise 3 ou 4 points arrière pour amorcer le fil avant la série de points avant, et ces derniers se font directement par-dessus les premiers points arrière. Si un nouveau fil est nécessaire en cours de travail, 3 ou 4 points avant seront faits directement par-dessus les derniers points faits avec le premier fil.

Pour le travail sur épaisseurs multiples, certaines personnes utilisent la technique de matelassage. Après avoir fait un noeud au bout du fil, celui-ci est inséré dans le tissu à un demi pouce de distance du premier point. Si vous utilisé un fil clair sur un tissu foncé, l'aiguille devra être insérée sur la ligne de traçage du motif pour que le fil ne paraisse pas. Cachez le noeud dans les épaisseurs de tissu et sortez l'aiguille au tout début du motif à broder. Pour terminer le travail, faites quelques point arrière par-dessus les derniers points avant, et cachez le dernier petit bout de fil dans les épaisseurs avant de le couper.

La broderie machine sur plusieurs épaisseurs demande un soin particulier. Quand vous coupez vos fils, laissez-en un bout assez long pour pouvoir enfiler une aiguille et cacher les fils dans les couches de tissu.

Les lignes droites sont cousues main en une seule fois pour éviter une courbe accidentelle de la ligne. Généralement, plusieurs points sont gardés sur l'aiguille avant que celle-ci ne soit poussée plus avant. Les brodeuses expérimentées pourront avoir jusqu'à 4 pouces de tissu sur l'aiguille en tout temps du travail.

Les lignes courbes sont faites en sortant l'aiguille après seulement deux ou trois points. Si le tissu commence à gaufrer, tenez-le fermement et étirez-le doucment jusqu'à ce qu'il retrouve sa position.

Marquage

Pour marquer le motif directement sur le tissu, utilisez une craie de tailleur, un marqueur de couturière, un carbone à tissu de la couleur appropriée ou sur une table à tracer. Évitez les marqueurs à encre car les fils shashiko sont très sensibles aux produits chimiques qu'ils contiennent. Si vous utilisez des craies, considérez la possibilité d'utiliser différentes couleurs pour les étapes de broderie.

Votre patron demande d'être le plus exact possible. Le shashiko utilisant des points très réguliers, la moindre erreur ne pourra pas être cachée et sera très apparente une fois l'ouvrage terminé.

Conception des motifs

Les motifs les plus fréquents sont faits en combinant des carrés, des losanges, hexagones et cercles. Ainsi, le nombre de variantes est illimité et un seul motif peut en donner de nombreux autres uniquement en altérant très légèrement une forme, une ligne ou en répétant, décalant, tournant le motif de base.

Les pochoirs de matelassage peuvent être employés pour recréer les motifs traditionnels shashiko. Vous pouvez en trouver en carton fort ou en plastique dans les grandes merceries, ou créer les vôtres.

En voici un exemple:

Avec un marqueur à tissu à encre soluble, dessinez la grille sur le tissu.
image

En vous alignant sur la grille du tissu, placez le pochoir. Faufilez le long de la ligne supérieur du pochoir en gardant celui-ci fermement en place. Gardez vos doigts près de l'aiguille et conservez une pression ferme sur le pochoir.
image

Le pochoir a été enlevé. Une ligne de demi-cercles est faite.
image

Tournez le pochoir en sens inverse pour compléter la première rangée de cercles.
image

En tournant et retournant le pochoir, comtinuez à faire des rangées de demi-cercles que vous complétez par la suite.
image

En ajustant le pochoir sur les lignes de la grille, faites une nouvelle rangée de cercles au centre de deux rangées déjà terminées.
image

Continuez cette technique pour réaliser un des motifs traditionnels connu sous les noms de verre de vin, pelure d'orange ou vitrail de cathédrale.
image



Ci-dessous, des variantes faites avec le même pochoir à vagues.

image


Broderie

Dépendamment des motifs choisis, les dessins shashiko les plus complexes se font dans un ordre particulier: les lignes horizontales et verticales se font en premier, suivies des diagonales puis des courbes.

Pour les coins accentués, l'aiguille doit nécessairement entrer dans le coin ou en sortir, sinon ce coin aura l'air arrondi. Conservez l'angle précis du motif lorsque vous brodez. Voici un exemple: CLIQUEZ ICI



Petit exemple en images

image
1 2 3
image
4 5 6


#1 - Collez le papier blanc de transfert au dos du motif.

#2 - Mettez le patron en place sur le tissu.

#3 - Avec un crayon, transférez le dessin au tissu.

#4 - Pour les tissus plus minces, ajoutez un entoilage à chaud. Celui-ci donnera plus de fermeté au moment de la broderie mais devriendra très souple après le premier lavage.

#5 - Séparez le fil à broder en trois groupes de 2 brins. Coupez ces fils en longueurs de 18 pouces. Utilisez 2 brins à la fois pour broder.

#6 - Brodez en suivant les lignes tracées, au point avant. Quant l'ouvrage est terminé, entrez le fil entre les deux épaisseurs de tissu.

Voici quelques exemples avec la numérotation des lignes : ces chiffres indiquent dans quel ordre doit se faire la broderie.

image






Cette page fait partie du site "Artisanat pour tous" © (année en cours). Toute utilisation à des fins commerciales, ainsi que l'archivage du site, en tout ou en partie, sont strictement interdits.

Le texte est subjectif. L'auteur ne se tient pas responsable des accidents qui pourraient subvenir en cas de négligence, des erreurs typographiques (ou de traduction), ou de la disponibilité des pages.
Tous les documents sont publiés ici uniquement pour des raisons éducatives et informatives. Aucune permission n'a été demandée ou accordée pour la diffusion, la traduction ou la modification des documents utilisés.




web
analytics
www.000webhost.com